Poincaré passeur de science (2) – les « apparences »

En un mois, nous avons pu publier deux analyses de textes de Poincaré. La première concerne les conférences sur la TSF faites par Poincaré à l’École supérieure des Postes et Télégraphes en 1908 (voir notre billet de blog). La deuxième concerne un texte de 1911 de vulgarisation pour les enfants dans une publication d’Hachette, avec Painlevé et Perrier.

Un élément nouveau dans cette 2° publication est l’analyse entamée par C. Gérini des réactions auxquelles Poincaré doit faire face suite à une phrase qu’il avait prononcée en 1900 : « Cette affirmation la Terre tourne n’a aucun sens, puisque aucune expérience ne permettra de le vérifier ». Car cette phrase sera utilisée à des fins politiques dans un sens tout à fait différent de celui selon lequel il l’entendait : en 1909 encore, au congrès de l’AFAS (Association française pour l’avancement de la science), Poincaré est obligé de mettre les choses au point :

« Ces considérations, bien familières aux philosophes, j’ai eu quelquefois l’occasion de les exprimer ; j’en ai même recueilli une publicité dont je me serais volontiers passé ; tous les journaux réactionnaires français m’ont fait démontrer que le Soleil tourne autour de la Terre ; dans le fameux procès entre l’Inquisition et Galilée, Galilée aurait eu tous les torts. Il est à peine nécessaire de dire ici que je n’ai jamais eu une telle pensée »…

Autographe de Poincaré "Eppur si muove" (Et pourtant elle tourne) Revue Illustrée, 5 avril 1908

Pour aller plus loin :

→ L’analyse BibNum du texte de Poincaré 1911 par Christian Gérini.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *