Traitement de formules mathématiques en édition électronique

Le titre de ce billet est imprécis à dessein. Il vise à ouvrir la discussion sur deux sujets auxquels nous sommes confrontés dans l’édition électronique de BibNum.

Le premier sujet est la façon dont on peut faire figurer les formules de mathématiques dans une page HTML, si possible dans la même graphie que la page HTML. Par exemple, voir l’onglet analyse de ce dossier BibNum, il n’est pas facile d’harmoniser les formules avec le reste du texte. Certes, existe MathML – mais j’aimerais voir concrètement ce que sont des pages avec du MathML.

Le deuxième sujet (qui m’est plus proche) concerne les formats d’édition avec des formules mathématiques. Les mathématiciens professionnels utilisent LaTex (les physiciens très rarement aussi, plus rarement). Or, dans BibNum, nous avons une mise en forme (vers Verdana + logos en bas de page + divers formats d’intertitres) et des corrections (de forme, ou de fond à proposer à l’auteur) – bref le travail que tout éditeur est en droit et en devoir de faire. C’est pourquoi j’ai longtemps cherché des convertisseurs PDF vers Word – puisque le LaTeX a pour format d’affichage le PDF. Je n’ai trouvé aucun convertisseur qui traite correctement les formules mathématiques (vers MS Equation ou MathType sous Word) – tous ne font que d’horribles pâtés quand ils voient des formules de mathématiques. En revanche, si l’on prend les fichiers de compilation du LaTeX (avant l’affichage en PDF), ce sont des .tex et je viens de trouver un convertisseur TEX vers Word qui a l’air correct pour les formules mathématiques (GrindeQ).

Une remarque complémentaire de l’éditeur électronique que je suis, sur le second sujet. Certains mathématiciens s’offusquent auprès de moi que « l’État » (le ministère qui a le site BibNum en tutelle – encore que les liens soient un peu lâches – on pourrait dire pareil d’un labo de recherche) utilise des formats Word, Microsoft, etc. au détriment des logiciels gratuits. D’abord, je m’identifie assez peu à « l’État » , et travaille avec des outils que je m’achète moi-même. Ensuite, comme me le fait remarquer judicieusement un auteur BibNum (un autre mathématicien), les formats DOC ne sont pas réservés à Microsoft – beaucoup de suites gratuites, telles OpenOffice, utilisent ce format – donc on a quand même le deuxième problème. Toujours suivant ce même auteur, et c’est aussi mon avis, ce qui est scandaleux, c’est que les suites MS Office soient proposées à prix très bas au monde de l’éducation nationale, l’État complétant lui-même la différence par un abondement ! D’un autre côté y a-t-il beaucoup d’entre nous qui se sont réellement mis à travailler avec OpenOffice, sans continuer par paresse à travailler avec MS Office qu’ils ont déjà sur leur ordinateur ?

Autre remarque sur LaTeX et les mathématiciens. C’est évidemment un logiciel magnifique. Mais existe-t-il des éditeurs (au sens humain donné plus haut à ce terme) qui entrent dans le LaTeX de leurs auteurs pour faire les changements de fond et de forme mentionnés plus haut ? S’il en existe, qu’ils se dénoncent ! Je pousse même plus loin mon hypothèse heuristique : certes LaTeX est un logiciel extraordinaire pour gérer les maths (d’où son succès), mais n’est-ce pas aussi un moyen pour son utilisateur d’éviter d’avoir à subir toutes corrections (ou du moins les gérer soi-même en tant qu’auteur) que d’envoyer le PDF produit sous LaTeX ? Manière de dire « Voici mon fichier, à prendre ou à laisser » …Peut-être y a-t-il de cela, aussi, non ?


1 réponse

  1. Jean-Baptiste Camps dit :

    Je suis heureux de voir aborder ici la plus épineuse question pour tous ceux qui travaillent régulièrement avec LaTeX, à savoir les possibilités de conversion et d’export, ainsi que les relations avec les éditeurs (que pour l’instant j’ai surtout vu du côté de l’utilisateur de LaTeX) !

    Si je peux me permettre quelques remarques : à mon avis, une bonne raison de préférer odt à doc est le fait qu’il s’agisse d’un format ouvert, documenté, et écrit en XML. Il est particulièrement facile, lorsque l’on dispose d’un fichier odt, d’aller directement voir comment il est encodé. Cela facilite, je crois, le travail de ceux qui veulent concevoir des outils de transformation ou de conversion (notamment vers TEI, comme on trouve sur Diple). En outre, pour ceux qui comme moi ne travaillent pas sous Windows mais sous Linux, et donc ne disposent pas de Word, cela évite des surprises dues au rendu sous Word d’un doc fait sous OpenOffice !

    Petite remarque technique, pdf n’est pas le format de compilation par défaut de LaTeX (qui est en fait le dvi) même si c’est le plus utilisé. Côté conversion, il existe également des convertisseurs de LaTeX vers rtf, ou html, ainsi que, à l’inverse de odt vers LaTeX. Sans être parfaits, ils fonctionnent relativement correctement.

    La question de la conversion du LaTeX en XML fait ces dernières années l’objet d’une intense activité : un numéro des Cahiers GUTenberg y a été consacré (51, octobre 2008 (paru en avril 2010) : LATEX vers XML : un état des lieux). La fiche Plume sur LaTeX, particulièrement complète, recense les initiatives pour ce qui est du développement de convertisseurs LaTeX, et notamment LaTeX vers XML/MathML : TeX4ht, apparemment le plus utilisé, permet une sortie Xhtml+ MathML ou TEI+MathML, et tout un tas d’autres, développés dans le cadre des besoins de l’édition électronique et de plateformes d’édition en ligne (LaTeXML de Bruce Miller de la NASA ; TRALICS de José Grimm de l’INRIA ; Cyberthèses http://www.cybertheses.org/ ; etc.).
    Pour terminer, j’ajouterai que LaTeX est un logiciel dont l’intérêt ne se limite pas au rendu des mathématiques : il est particulièrement utile également à ceux qui travaillent à des éditions critiques de textes anciens, et de manière plus générale à ceux qui ont besoin d’un rendu typographique de qualité, sans vouloir se lancer dans les logiciels de mise en page comme Indesign et consorts (rédaction d’une thèse, etc.), et veulent en fait pouvoir cumuler les avantages d’un traitement de texte avancé et d’un logiciel de mise en page.

    Dernière remarque, de l’autre côté du miroir, si j’ose dire : cela fait toujours un peu mal au cœur, lorsque l’on a réalisé un article sous LaTeX, de se voir en dernier lieu demander du doc !

    Merci en tout cas pour ce billet qui soulève des problématiques fort intéressantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *