Éléments de statique (Louis Poinsot)

imagette-retaillee

Une force à l’endroit, une force à l’envers (comme on dit d’une maille). C’est ce que le jeune mathématicien Poinsot, polytechniciens de la première promotion, appelle « couple » en 1803, dans un imposant manuel de statique. Ce qui était vu jusqu’à présent comme une anomalie des divers cas de composition des forces (car conduisant à une résultante nulle !) devient un objet mathématique et physique caractérisé par Poinsot : définition d’un couple, translation, composition de deux couples – une véritable algèbre duale à celle des forces. Poinsot le « géomètre » révolutionne ainsi la statique : il montre que c’est la science de l’équilibre des forces et des couples, qui ne se laissent pas réduire à des forces (BibNum).

L’article de I. Grattan-Guinness ouvre des pistes de recherche sur une histoire de la notion de couple, avant et surtout après Poinsot, en mécanique mais aussi dans d’autres branches de la physique. Car la théorie des couples dépasse le domaine de la mécanique : c’est un outil de physique mathématique qui dès 1820 est utilisé dans d’autres branches de la physique (totalement étrangères à Poinsot qui était un mathématicien !) : l’électromagnétisme (couple de forces agissant aux deux pôles d’un aimant)… jusqu’à la physique quantique contemporaine avec la notion de spin notamment.

Bref, le couple n’a jamais été autant d’actualité.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *