Mémoire sur la faculté de penser (Destutt de Tracy, 1796)

imagette-retailleeComment les sensations (car Destutt se fonde sur la théorie des sensations de Condillac) se transforment-elles en idées, et surtout comment analyser la notion d’idée, comment analyser l’entendement ? C’est une nouvelle science que propose pendant la Révolution un noyau de philosophes un peu oubliés, situés hors du sillon principal des Lumières, mais inspirés par Locke. Ils sont quarantenaires et ont pour noms Garat (qui sera ministre de la Justice sous la Révolution), Cabanis ou Destutt – c’est ce dernier qui proposera le terme idéologie pour cette nouvelle science des idées. C’est en effet une science appliquée à l’homme, puisque, de manière étonnante de nos jours, « l’idéologie est une partie de la zoologie », dit Destutt. Mais à ses yeux, ce n’est pas seulement la science de l’entendement (la compréhension), mais aussi celle de ses effets : l’art de communiquer, d’enseigner, de se comporter, voire même de gouverner…

Par un curieux et rapide retournement, le mot quitta le domaine de la science (zoologique…) tout en prenant un sens négatif : Marx s’en saisit – l’idéologie chez lui devient le système des idées, des représentations qui dominent l’esprit d’un homme ou d’un groupe social, notamment dans la classe bourgeoise. Mais… c’était aussi le combat de Destutt soixante ans plus tôt ! – son combat pour la science des idées de la bourgeoisie révolutionnaire contre le « système » d’idées de la caste aristocratique d’Ancien Régime. Ce qui fait dire à P. Macherey, cité par l’auteure Liliane Maury (BibNum), que l’idéologie, dès son origine, anticipait sans doute sur son actuelle signification.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *