Des écoles publiques (Denis Diderot, 1774)

imagette-retaillee« Il serait aussi cruel qu’absurde de condamner à l’ignorance les conditions subalternes de la société. Dans toutes, il est des connaissances dont on ne saurait être privé sans conséquence. Le nombre des chaumières et des autres édifices particuliers étant à celui des palais dans le rapport de dix mille à un, il y a dix mille à parier contre un que le génie, les talents et la vertu sortirons plutôt d’une chaumière que d’un palais. » : c’est en ces termes que Diderot défend auprès de Catherine II la nécessité d’une éducation pour tous.
Il diffère ainsi des visions qu’avaient Helvétius ou Rousseau. Selon ce dernier, l’éducation est négative – il s’agit de défaire tout le mal que la société a produit et de retourner, autant que faire se peut, vers un état proche de celui de la nature.
L’auteure de l’analyse est Liliane Maury (BibNum)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *