Les peintures préhistoriques de la grotte d’Altamira (Édouard Cartailhac & Henri Breuil, 1903)

imagette-retailleeLes peintures de la grotte d’Altamira (près de Santander), révélées par Sainz de Sautuola, ne convainquent pas en 1880 la communauté scientifique : certains les prennent pour une supercherie, d’autres ont une vision de l’histoire des progrès du genre humain qui ne colle pas avec des productions aussi élaborées et surgies de temps aussi lointains. La grotte d’Altamira et ses peintures, frappées d’ostracisme, sombrent alors dans l’oubli pour plusieurs décennies.
La découverte de plusieurs autres grottes d’art pariétal (peinture sur les parois) en France (Les Eyzies en Dordogne notamment), entre 1894 et 1901, amènent les « préhistoriens » français à s’intéresser à nouveau à la grotte d’Altamira. Cartailhac (1845-1921) fait son propre « mea culpa d’un sceptique » et reconnaît en 1902 l’authenticité des peintures rupestres de la grotte.
Quant à son collègue Breuil (1877-1961), d’une autre génération, il a été l’un de ceux qui ont contribué de façon éloquente à la révélation de la richesse de l’univers mental des Préhistoriques. Rompant avec certaines des constructions communes héritées des temps de fondation des sciences préhistoriques dans les années 1850-1880, il met au jour des comportements et un système de représentations qui contribuent à profondément bouleverser les idées et les interprétations.
L’analyse est réalisée par Arnaud Hurel (BibNum).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *