Observation botanique (Jean-Jacques de Mairan, 1729)

Le présent article de Mairan, qui date de bientôt trois siècles, est, fait peu courant, encore mentionné dans des articles scientifiques. La plupart des spécialistes voient même ce feuillet d’observations botaniques (sur les ouvertures et fermetures de feuilles) comme la toute première véritable publication, sinon la publication fondatrice, de leur domaine, qui s’est pourtant constitué bien plus tard : la chronobiologie.

Ces rythmes circadiens (d’environ 24h) d’ouverture et de fermeture ne sont pas conditionnés par la lumière solaire, mais par un rythme interne à l’organisme vivant, son horloge biologique (ou biochimique), qui s’adapte à l’environnement. Elle peut par exemple s’adapter à des variations jour-nuit fort différentes : on peut obtenir avec une lumière artificielle n’importe quelle période, exactement comme pour le forçage d’un oscillateur en physique.

On a pu montrer que la plupart des organismes vivants suivent non seulement les passages jour-nuit, mais celui des saisons en se fiant àla longueur relative du jour, ou de la nuit, au cours des cycles journaliers de 24h : ce qui permet aux agriculteurs et éleveurs d’obtenir la floraison ou la reproduction d’une espèce presque en toute saison, simplement par exposition à des cycles jour-nuit artificiels qui imitent la saison favorable.

Notre température interne suit elle-même un rythme circadien, avec un minimum en milieu de nuit, et donc des valeurs un peu plus élevées le soir qu’au réveil, de quelques dixièmes de degrés Celsius. Ces petites variations sont capables de synchroniser d’autres rythmes circadiens au sein de l’organisme !

Important sur le fond, l’article de Mairan a aussi un intérêt épistémologique. Posant une très bonne question d’un point de vue expérimental, il rapporte une observation correcte, qui semble répondre à la question posée. Mais ceci restera une simple observation, tant que manquera le cadre conceptuel qui lui donne sa véritable signification – en d’autres termes, tant que ce ne sera pas vraiment la bonne question ou, si l’on préfère, qu’elle ne sera pas posée pour les bonnes raisons.

En tout état de cause, la chronobiologie est aujourd’hui un domaine de recherche fondamentalement pluridisciplinaire, réunissant généticiens et biochimistes, botanistes et zoologistes, neurobiologistes, agronomes, physiciens, mathématiciens, psychologues, médecins…

L’analyse est réalisée par André Karlsfeld (BibNum).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *