De la cause des vents alizés (Georges Hadley, 1735)

imagette-retaillee
Les alizés : joli nom poétique qui désigne les vents dominants d’Est sous les tropiques (à l’inverse des vents dominants d’Ouest sous nos latitudes). En anglais, ils sont désignés sous le nom de trade-winds (vents réguliers). Ils ont favorisé la navigation maritime britannique et européenne entre Afrique et Caraïbes, le fameux « commerce triangulaire ».
La navigation induisait la science : s’interrogeant sur la formation de ces vents, George Hadley a été le premier à dire clairement que c’est la rotation terrestre (et non le seul mouvement du point subsolaire à la surface de la planète, comme le pensaient son compatriote Halley et d’autres) qui domine les mouvements de l’atmosphère. D’ailleurs, même si l’on indique souvent que c’est l’expérience du pendule de Foucault, effectuée plus d’un siècle plus tard (1851), qui a « prouvé la rotation de la Terre », la circulation des alizés expliquée par Hadley pourrait bien en être une « preuve » antérieure ! Notons d’ailleurs que l’un comme l’autre (pendule de Foucault et circulation des alizés) seront expliqués en mécanique théorique par la force de Corolis.
Cette circulation des masses d’air est de nos jours schématisée par « les cellules de Hadley », entre l’Équateur et chacun des tropiques : trois cents ans après Hadley, elles sont à présent observées et surobservées, par les images des satellites météo, ou dans les simulations numériques de la circulation atmosphérique. À la latitude subsolaire (i.e. aux parallèles zénithaux tout au long de l’année, sous les tropiques), l’air chaud monte, puis circule en haute atmosphère, et, refroidi par la haute altitude, redescend à des latitudes d’environ 30° N ou S, avant d’être attiré à nouveau, depuis le nord-est dans l’hémisphère Nord (et le sud-est dans l’hémisphère Sud), vers la latitude subsolaire : ainsi se reproduit le cycle de la cellule de Hadley.
On sait aujourd’hui que la circulation atmosphérique est fondamentalement la réponse de l’atmosphère au gradient latitudinal d’insolation, et son effet net est de transporter de l’énergie depuis les basses latitudes (i.e. sous les tropiques) vers les latitudes plus élevées.

L’analyse est faite par Olivier Talagrand (BibNum).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *