Décret organisant le centre national de la recherche scientifique (1939)

imagette-retailleeL’Allemagne avait créé en 1911 la Kaiser-Wilhelm Gesellschaft (aujourd’hui intégrée au Max-Planck Institut) ; les États-Unis s’étaient dotés au début du XXe siècle, grâce à des fondations privées (Rockefeller, Carnegie) d’institutions consacrées à la recherche. La France, malgré les préconisations et les premières réalisations de Pasteur à la fin du XIXe siècle et de Marie Curie après la Première Guerre mondiale, ne participe que lentement à ce mouvement mondial d’organisation de la recherche scientifique.
Caisse nationale des sciences (avril 1930), Office national des recherches scientifiques, industrielles et des inventions (ONRSI), Conseil supérieur de la recherche scientifique (1932), Caisse nationale de la recherche scientifique (la CNRS, 1935) : à partir des années 1930, les divers gouvernements multiplient les initiatives pour rattraper ce retard et organiser la recherche française, de manière un peu brouillonne au départ. Comme il l’est pour la diffusion des sciences avec la création du Palais de la Découverte (1937), le prix Nobel de physique Jean Perrin (1870-1942) est à la manœuvre sur le sujet, dès le début de la décennie.
C’est le gouvernement de Front Populaire qui assurera une certaine unité à cette ambition. Irène Joliot-Curie (mars-septembre 1936), prix Nobel elle aussi, puis Jean Perrin sont sous-secrétaires d’État à la recherche scientifique auprès du ministre de l’Éducation nationale Jean Zay (1904-1944). Malgré la chute du Front Populaire en juin 1937 (le poste ministériel de la recherche scientifique disparaît alors), Zay conserve son portefeuille jusqu’en septembre 1939, et continue à s’appuyer sur Jean Perrin : le décret organisant le CNRS est publié le 24 octobre 1939.

L’analyse est réalisée par Denis Guthleben (BibNum)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *