Zoom sur Zay (Décret de création du CNRS, 1939, BibNum)

L’actualité politique met sous les feux de la rampe certains des personnages de BibNum. Ce sont rarement des représentants des sciences « dures », plus fréquemment des représentants des sciences humaines et sociales, ou hommes politiques cités dans nos analyses d’article. Ce fut le cas avec Ferdinand Buisson (1841-1932), dont le ministre de l’Éducation nationale V. Peillon avait fait une biographie en 2010, et dont la foi laïque, devenue morale laïque avait fait couler beaucoup d’encre à la rentrée scolaire 2013 > voir le billet de blog que nous avions fait >> voir l’article BibNum intégral sur Buisson (analyse par Liliane Maury).

En cette fin février 2014, c’est l’homme politique Jean Zay (1904-1944) qui est à l’honneur, pour son entrée au Panthéon.  Ministre de l’Éducation nationale du 4 juin 1936 au 10 septembre 1939 (i.e. bien après le Front Populaire qui dure de juin 1936 à juin 1937), Jean Zay met toute sa persévérance à la création du CNRS (Centre national de la Recherche Scientifique) et à la publication du décret correspondant, qui paraîtra juste après sa démission, le 24 octobre 1939 >> voir l’article BibNum intégral (analyse par Denis Guthleben).

logos CNRSNous avons relu cette analyse, où Zay est très fréquemment cité, et en avons extrait quelques points le concernant :
1.  À 32 ans, Jean Zay devient en 1936 le plus jeune des ministres de la Troisième République.
2. C’est sous son ministère qu’Irène Joliot-Curie est sous-secrétaire d’État à la Recherche scientifique. Le Gouvernement de Front populaire est le premier gouvernement à inclure des femmes. Mme Joliot-Curie ne reste que trois mois, elle est remplacée par le prix Nobel Jean Perrin. Jean Zay a quelques mots assez directs sur elle — il la voyait « dépaysée dans les bureaux ministériels. Elle y languissait littéralement. Son laboratoire seul l’attirait et elle avait hâte de le regagner. Dans les conciliabules officiels, devant un dossier administratif, on la sentait absente, sans goût[1] ».
3. Une visite de Zay chez le ministre des Finances Vincent Auriol : « Je me souviens d’un budget où nous désirions porter à vingt millions les crédits de la Recherche scientifique. Malgré tous mes efforts, le ministre des Finances ne m’en accordait que quatorze […] À [notre] sortie, Jean Perrin avait obtenu vingt-deux millions[2]
4.  En juin 1937, Léon Blum démissionne (fin du gouvernement de Front Populaire). Zay reste ministre, Camille Chautemps étant président du Conseil. Le sous-secrétariat d’État à la Recherche scientifique disparaît, mais Zay nomme Perrin à la présidence du Conseil supérieur de la recherche scientifique.
5. Le 2 mai 1938, les deux hommes organisent une réunion solennelle de ce Conseil, des assises de la Recherche avant l’heure :  « Je souhaite que cette réunion fournisse l’occasion d’une consultation très complète du Conseil sur toutes les questions importantes pour l’avenir de la recherche scientifique.» (Zay)
6. Le texte créant le CNRS (Centre national de la recherche scientifique) paraît le 24 octobre 1939. Zay n’est plus ministre depuis un mois, « et pour cause le ministre de l’Éducation nationale, ardent patriote, a démissionné de ses fonctions le mois précédent, dès le lendemain de l’invasion de la Pologne, pour rejoindre toutes affaires cessantes l’Armée française. Le texte est donc signé par son successeur, Yvon Delbos. Mais sa paternité ne fait aucun doute.» (Guthleben, in article BibNum).

 A. Moatti


[1]. Jean Zay, Souvenirs et solitude, Paris, Belin, 2011, p. 312.

[2]. Ibid., p. 313-314.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *