Notions sur la machine analytique de M. Charles Babbage

imagette-retailleeL’Anglais Charles Babbage (1791-1871) a imaginé entre 1830 et 1850 deux machines de calcul, la machine aux différences et la machine analytique, cette dernière susceptible de fonctionner avec des cartes perforées, comme le faisaient déjà les métiers à tisser de type Jacquard. C’étaient des idées théoriques – presque des expériences de pensée qui ne verront pas réellement le jour en tant que machines concrètes –, mais elles révolutionnaient l’idée du calcul mécanique (qui avait peu avancé depuis Pascal puis Leibniz), et elles contenaient ce qui sera au fondement du calcul avec les moyens électromécaniques puis électroniques du XXe siècle : des « moulins », où se réalisent les calculs élémentaires avec fiches perforées (on parle aujourd’hui de processeur), un « magasin » permettant de stocker les valeurs intermédiaires des calculs (on parle aujourd’hui de mémoire vive). Sans oublier des constantes (comme π) calculées avec des approximations rationnelles (comme encore de nos jours) et stockées.

Babbage vient à un congrès de scientifiques italiens en 1840 à Turin : c’est là qu’il expose en détail ces projets. L’ingénieur italien Menabrea en fait un compte-rendu en français, publié dans la Bibliothèque Internationale de Genève en 1842. C’est cette version qu’Ada Lovelace traduit en 1843 en anglais, et que Babbage et elle complètent par un certain nombre de documents d’instructions (qu’on appellerait aujourd’hui algorithme). On peut ainsi (re)découvrir avec Menabrea un personnage que l’histoire de l’informatique a laissé dans l’ombre malgré une contribution significative.

L’analyse est réalisée par François Rechenmann, Directeur de recherches à INRIA.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *