Géométrie des rencontres (1819 | 1835)

imagette-retailleeLe nom de Coriolis est universellement connu ; la carrière et les autres contributions de ce savant sont nettement moins connues (comme la définition physique du mot travail, en 1826). Ici, il use d’une démarche peu habituelle : démontrer un résultat de géométrie (la concourance de droites) en utilisant la statique (forces et moments). C’était là le confluent de ses deux intérêts majeurs : d’une part les mathématiques, qu’il professait à Polytechnique, et d’autre part la statique et la dynamique, à laquelle son nom restera lié (par la force de Coriolis).

Il apporte ici un jalon original sur un sujet connu depuis l’Antiquité (c’est le problème de Ménélaüs d’Alexandrie, au IIe siècle), développé par l’Italien Jean Ceva au XVIIe siècle, et repris par Lazare Carnot trente ans avant Coriolis. Il s’inscrit aussi dans la démonstration de théorèmes duaux, grâce à la géométrie projective notamment – celle-ci avait été imaginée en 1639 par Girard Desargues et développée par le collègue de Coriolis, Jean-Victor Poncelet.

L’analyse est de Alexandre Moatti (BibNum)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *