La mesure du diamètre des étoiles (1851)

Imagette-retailleeDès 1851, Hippolyte Fizeau réalise que l’on pourrait mesurer par interférométrie le diamètre apparent des étoiles en découpant avec deux diaphragmes placés devant l’objectif d’une lunette ou d’un télescope deux parties de la lumière reçue de l’étoile et en faisant interférer ces deux faisceaux. Mais il ne publie cette idée qu’en 1868 sous la forme d’une simple remarque. En 1873-1874 Édouard Stephan la met en application avec le télescope de 80 cm de diamètre de l’Observatoire de Marseille, pour constater qu’aucune des étoiles qu’il observe n’est résolue. Puis elle est utilisée avec succès par Albert A. Michelson en 1891 et par Maurice Hamy en 1898 pour mesurer le diamètre apparent des satellites de Jupiter, et en 1895 par Karl Schwarzschild pour déterminer la séparation entre les composantes d’étoiles doubles. Ce n’est qu’en 1920 que Michelson et Francis G. Pease parviennent à mesurer ainsi le diamètre de Bételgeuse. Puis la méthode est en sommeil jusqu’à ce qu’elle soit remise d’actualité sous une forme différente en 1956 par Robert Hanbury Brown et Richard Q. Twiss, puis sous sa forme initiale en 1974 par Antoine Labeyrie. Elle est aujourd’hui en plein essor, avec au moins 12 interféromètres optiques spécialisés dans le monde.

L’analyse est réalisée par James Lequeux, astronome émérite à l’Observatoire de Paris (BibNum).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *