De l’électrodynamique des corps en mouvement (1905)

Imagette-retailleeCe texte de 1905 d’Einstein marque la naissance de la théorie de la relativité restreinte. Pour la première fois dans l’histoire de la pensée scientifique, le cadre cinématique familier avec son temps universel unique, qui était une évidence séculaire pour tous les physiciens, doit céder la place à une nouvelle solution à la fois plus simple dans ses fondements et plus troublante dans ses conséquences.

Dans cet article, l’auteur Pierre Spagnou revient sur l’approche déterminante d’Einstein en ce qui concerne l’interprétation physique et l’abandon de l’éther (notamment par rapport à H. Poincaré). Il rappelle l’importance du postulat d’Einstein, à savoir que la lumière se propage à une vitesse constante quel que soit le référentiel inertiel (« stationnaire ») considéré – ce qui est plus fort qu’une simple indépendance vis-à-vis de la vitesse de la source (celle-ci peut s’expliquer par le caractère ondulatoire de la lumière). P. Spagnou insiste aussi sur l’importance de bien distinguer les deux phénomènes inférés de façon inédite par Einstein dans cet article de 1905 : la dilatation des durées impropres d’une part, et la multiplicité des temps propres d’autre part (ce qui est plus rarement relevé).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *