Illustration Schreyber alias Grammateus : De la « fausse position » aux timides débuts de l’algèbre

imagetteSur le long chemin qui a conduit l’algèbre à sa pleine efficacité, un livre publié à Nuremberg en 1521 mérite d’être tiré de l’oubli. Outre le fait qu’il propose la première utilisation des symboles + et – dans un contexte algébrique, il permet de comprendre pourquoi le procédé de la fausse position est resté longtemps un grand rival de l’algèbre. Les quelques extraits donnés de ce texte illustrent ces deux réalités, présentes dans les premiers ouvrages imprimés d’arithmétique : d’une part la montée en puissance des symboles + et –, et d’autre part la lente progression de l’algèbre en Occident, où elle avait de la peine à concurrencer le procédé de la fausse position. Procédé qui, encore aujourd’hui, peut permettre de résoudre certains problèmes plus facilement qu’en posant des équations algébriques.

L’auteur est Heinrich Schreyber, qui se désignait sous le nom d’Henricus Grammateus (Henri le scribe). Né à Erfurt au plus tard en 1496, il a étudié à Cracovie et surtout à Vienne, où il a rédigé en 1518 ce livre de 124 folios, qui est son ouvrage principal. Fuyant la peste, il a quitté Vienne en 1521 pour Nuremberg, où il a fait imprimer son livre ainsi qu’un version réduite de 40 folios, puis pour Erfurt, avant de rentrer à Vienne où il est mort en 1525, à environ trente ans. Christoff Rudolff, l’auteur du premier ouvrage allemand consacré entièrement à l’algèbre, en 1526, y écrit que c’est par Schreyber qu’il a entendu parler de cette matière pour la première fois, et qu’il « lui en est reconnaissant » (sag im darumb danck).

L’analyse, réalisée par Jérôme Gavin, est ici.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *