Les Démoniaques dans l’art

figure-2_17Charcot a longtemps balancé entre une carrière d’artiste et une carrière de médecin. Il s’oriente vers la carrière médicale mais, tout au long de son parcours, c’est crayon en matin que Charcot sillonnera le champ des pathologies, dessinant les corps contorsionnés, les yeux révulsés, les muscles intensément crispés…

Son ouvrage Les Démoniaques dans l’art (1887 – Charcot a alors 62 ans) recense de nombreux cas de démence représentés dans les œuvres d’art depuis le Ve siècle. Il permet de prendre la mesure du travail d’investigation de Charcot, qui ne s’en est pas tenu à l’observation de ses propres patients.

En parallèle à l’examen physique, servi par le dessin, Charcot établit une nouvelle passerelle entre l’art et la médecine : étudier les représentations de « démoniaques » à travers l’histoire lui permet d’affirmer que l’hystérie n’est pas une maladie propre au XIXe siècle et engendrée par l’étourdissant tumulte de la révolution industrielle, comme d’aucuns le pensent alors.

L’analyse est de Hélène Combis-Schlumberger


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *