Sur la Lune rousse

imagette-retailleeArago, piqué par un mot de Louis XVIII qui lui demande pourquoi cette « lune rousse » d’avril gèle les arbustes et les récoltes – ce à quoi il n’avait jamais réfléchi ! –, met un point d’honneur à répondre à la question. La nuit, les objets à la surface de la terre deviennent plus froids que l’air – ils rayonnent et se refroidissent, atteignant des températures de 6 à 8° inférieures à l’air ambiant. En avril ou en mai, lors de la formation des bourgeons, ceux-ci, pouvant donc être à une température négative, en viennent à geler lorsque la rosée se dépose sur eux, par condensation.

Or, ce phénomène, comme celui de la rosée auquel il est lié, n’est possible que par temps clair – sinon les nuages font obstacle au rayonnement des corps terrestres : il n’y a alors ni refroidissement différentiel de certains corps par rapport à l’air, ni condensation par rosée.

Le paradoxe de Louis XVIII – celui de la Lune qui ferait roussir (geler) les bourgeons – est en fait une erreur de raisonnement. Par temps clair, on voit la Lune, et il peut arriver que les bourgeons gèlent ; par temps couvert, on ne voit pas la Lune, et les bourgeons ne gèlent pas. Il y a une corrélation entre les phénomènes A (« on voit la Lune ») et B (« les bourgeons gèlent »), car ils ont une cause commune C (« le ciel dégagé »): mais A n’est pas la cause de B (et l’inverse : encore moins !, serait-on tenté de dire…). Il y a corrélation (entre A et B) mais pas causalité (de A vers B), contrairement à ce que pensaient les jardiniers du roi.

Il est encore de nos jours de fréquentes confusions entre corrélation et causalité, dans les domaines les plus divers, comme celui des relations sciences-société ; le paradoxe des jardiniers de Louis XVIII en est une représentation fort actuelle.

L’analyse réalisée par Colette Le Lay est ici.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *