La « foi laïque » de Ferdinand Buisson (texte BibNum et ouvrage de V. Peillon)

La dernière livraison de BibNum est une analyse de conférences de Ferdinand Buisson (1841-1932, prix Nobel de la paix 1927), aujourd’hui un peu oublié. Le concept que présente Buisson dans son texte est celui de foi laïque – cette expression, elle aussi un peu oubliée, apparaît aujourd’hui presque comme un oxymore ! Vincent Peillon s’y est penché dans le livre qu’il consacre à Buisson (Une religion pour la République, La foi laïque de Ferdinand Buisson, Seuil, 2010). Nous reproduisons ici un extrait de l’analyse BibNum de Liliane Maury (encadré hors-texte page 9), qui avec Peillon remet cette notion dans une perspective fort utile de nos jours.

Archéologie de la foi laïque

 

Dans son ouvrage consacré à Buisson, le philosophe Vincent Peillon mène dès l’abord une « archéologie de la laïcité » en soulignant que la laïcité n’a pas remplacé la religion du jour au lendemain – la notion de foi laïque a été très prégnante et pourrait l’être encore de nos jours. Il rappelle le projet rousseauiste de religion civile à la fin du Contrat Social (1762), le culte de l’Être Suprême par la Révolution, le Nouveau Christianisme de Saint-Simon (1825), qui ramenait « ce qu’il y a de divin dans la religion chrétienne » à la fraternité des hommes.

La notion de progrès est attachée à la religion vue par Buisson : dans ses conférences de 1900, il indique que « l’histoire de la religion est l’histoire du progrès de la conscience humaine » et que « toute religion qui dure ne dure qu’à condition de se perfectionner moralement[1] ».

Ferdinand Buisson (1841-1932). Il est directeur de l’enseignement scolaire de 1879 à 1897 et participe à l’élaboration des lois Ferry. Dreyfusard, il est en 1898 l’un des fondateurs de la Ligue des droits de l’Homme, qu’il préside de 1913 à 1926. Après la Première Guerre, il est un fervent promoteur de la création de la Société des Nations et du rapprochement franco-allemand : c’est notamment pour cette raison qu’il obtient le Prix Nobel de la paix en 1927, conjointement avec l’écrivain et homme politique allemand Ludwig Quidde (1858-1941).

Peillon souligne que pour Buisson, en cohérence avec sa philosophie spiritualiste, l’humanité de la personne humaine ne peut se réduire à l’exercice de sa raison : la présence du divin en chacun de nous est le fonds même de sa nature et de sa dignité – et la politique républicaine a bien un fondement religieux[2].

Et Peillon de rappeler que Buisson, dans son propre camp radical et franc-maçon, se heurtait à ceux qui conçoivent la laïcité ou la libre pensée comme « une orthodoxie à rebours » : Buisson craint par-dessus tout un catéchisme républicain, une orthodoxie laïque, « le catholique à rebours qui fait de l’athéisme un credo[3] ».


[1]. Buisson, cité par V. Peillon, op. cit., p. 242.

[2]. V. Peillon, op. cit., p. 274-277.

[3]. F. Buisson, La Foi laïque, extraits de discours et d’écrits (1878-1911), Paris, 1912, cité par V. Peillon, op. cit., p. 273.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Kathy Grangier dit :

    Même si ça ne va pas, il reste l’esprit des Lois. L’idée d’un Contrat social à partir duquel naîtrait un nouvel homme, défini par un comportement juste , s’oppose de fait à l’esprit des Lois qui viendra toujours rappeler, que rien ne peut véritablement s’y soustraire.

  1. 21 février 2014

    […] morale laïque avait fait couler beaucoup d’encre à la rentrée scolaire 2013 > voir le billet de blog que nous avions fait >> voir l’article BibNum intégral sur Buisson (analyse […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *