Hommage à Ivor Grattan-Guinness (1941-2014)

Ivor Grattan-Guinness, philosophe et historien des sciences britannique, est mort le 12 décembre 2014. Ses domaines de spécialité étaient multiples, il était esprit porté à la réflexion sur de nombreux sujets. Il a passé sa carrière principalement à la Middlesex University, et était éditeur pendant de nombreuses années de la revue Historia Mathematica.

Grattan-Guinness_1
I. Grattan-Guinness, 2003 (photo WikiCommons, auteur Gate220)

Il était auteur BibNum, voulant mieux faire connaître un de ces scientifiques français de l’Empire, parmi ceux qu’il avait tout particulièrement étudiés, Louis Poinsot (1777-1859): son analyse (publiée en janvier 2013) porte sur le premier chapitre des Eléments de statique de Poinsot (1803), texte fondateur de la statique. Il en avait fait un article dans Historia Mathematica, paru début 2014 (“From anomaly to fundament: Louis Poinsot’s theories of the couple in mechanics”).

Ivor Grattan-Guinness était un très fin connaisseur de cette période de la science en France, après la création des grandes écoles (Ecole polytechnique notamment) par la Révolution.  Ses ouvrages Convolutions in French mathematics, 1800-1840 (Birkhaüser 1990) en constituent une analyse détaillée et profonde : à partir d’un travail sur archives et documents d’époque, il y entre dans de nombreux détails sur les carrières des savants de cette période, ou sur les institutions (Ecole polytechnique, Académie, diverses revues).

La notion d’ingénieur-savant qu’il propose dans son article Science in Context 1993 (“The ingénieur savant, 1800–1830 A Neglected Figure in the History of French Mathematics and Science”) est une grille de lecture remarquable des parcours et des œuvres (et leurs mutuelles “convolutions”) de cette époque. Pour l’expliquer brièvement : à la charnière entre théorie et pratique, ainsi qu’entre mathématique et physique, ils sont [savants >>> ingénieurs], appliquant leurs connaissances scientifiques aux techniques et métiers de la révolution industrielle – et ils sont aussi dans l’autre sens [ingénieurs >>> savants], créant de nouvelles branches de la science fondamentale en les nourrissant de leurs résultats “ de terrain” (mécanique appliquée, théorie des machines, hydraulique, résistance des matériaux, aussi ce qui s’appellera plus tard thermodynamique,…).
GG2
Il détaillait bien cette catégorie d’ingénieurs-savants, très spécifiques à cette époque et à l’Ecole polytechnique de Monge, les comparant aux plus classiques et pérennes “savants académiques”, classant les divers savants dans chaque catégorie – certains pouvant varier dans leur carrière. Les ingénieurs-savants, ce sont Coriolis, Navier, Saint-Venant, le second Poncelet (celui des roues et des turbines), Clapeyron, le premier Lamé (celui des voussures et de la résistance des matériaux, en Russie), Sadi Carnot,…; les savants plus classiquement académiques, polytechniciens eux aussi, ce sont Biot, Arago, Poisson, Poinsot, le premier Poncelet (celui de la géométrie), Cauchy,…

Son analyse n’était pas exempte d’humour (britannique ?), quand il expliquait que cette figure d’ingénieur-savant ait pu être “négligée”, dans l’historiographie, par une forme d’aversion des historiens, et de nos sociétés en général, envers les mathématiques, je cite (Grattan-Guinness 1993, concl.):  « As far as the history of science is concerned, the main reason is mathsphobia, which affects its historians as it does society in general.”

Ce n’était qu’une partie de son champ de compétences : mais sa connaissance, à la fois globale, profonde et détaillée – en trois dimensions – des savants et des institutions scientifiques de cette période 1795-1850 nous manquera.

Qu’il repose en paix, au paradis des penseurs.
Alexandre Moatti
27 décembre 2014

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *